Aéroglisseurs  &  Tsunami

Les aéroglisseurs  possèdent des caractéristiques particulières qui leur confèrent des avantages  réels dans des situations complexes post - tsunami par exemple.

Un Rappel des aptitudes :

Un aéroglisseur est un VTS  "véhicule toutes surfaces"  qui peut circuler sur  :

    * Le sol...
        * Le sable
        * La glace
        * La neige
        * Les prairies
    * L'eau
        * douce ou salée
    * Les vasières
    * Les marais
    * Les rivières à faible niveau d'eau
    * Les estuaires envasés
Mais aussi
    * Un tarmac d'aéroport
    * Etc...

En résumé, sur toutes les surfaces ne présentant pas d'obstacle ou d'irrégularité incompatible avec les aptitudes de son coussin d'air et pour des pentes compatibles avec sa motorisation et ses organes de commande. Il demeure que l'exploitation d'aéroglisseurs ne pourra se faire qu'après que les eaux se seront calmées. La présence de nombreux débris ne pose pas de problème et les grosses épaves peuvent être contournées.

Le passage d'une surface à une autre se fait directement sans avoir à modifier la configuration de l'appareil ni sortir un organe tel qu'un train d'atterrissage ou rétracter une hélice, dés lors que la dénivellation est compatible avec le coussin utilisé. Ainsi, s'il reste des zones humides, cela ne pose pas de problème a priori.

Il en ressort les aéroglisseurs n'ont aucun besoin d'infrastructure lourde, si gourmande en surface ! Moins de bitume, moins de béton, c'est autant de gagné pour la nature !  Il peut donc, par exemple, intervenir sur un aéroport envahi par les eaux et les boues d'un tsunami.
De plus il n'a pas besoin de "voie navigable" au sens généralement usité, un fleuve "naturel", non dragué, peut lui convenir, quel que soit le niveau d'eau, tant que la surface exploitable est compatible.



Un aéroglisseur est VCA "véhicule sur coussin d'air"  :

- aucun contact porteur sur la surface survolée, pas d'impact destructif, pouvant conduire à la rhexistasie ou causer des dommages supplémentaires après un tsunami,
- aucun élément propulsif dans l'eau ou sur le sol, faune et flore sont épargnés, pour peu qu'il en reste après un tsunami.
- pas de coque dans l'eau, pas de dissémination d'espèces ni de relargage d'antifooling ou autres produits, les surfaces sont énormément polluées après un tsunami.
- pas de vague de sillage (tant qu'il reste déjaugé, au-dessus de sa vitesse de libération), donc pas de destruction des berges même à vitesse soutenue.
- à charge/distance égale, il consomme environ 2 à 3 fois moins qu'une embarcation à déplacement...  C'est autant de CO2 en moins...

En contrepartie, sa propulsion aérienne génère du bruit pour nos oreilles et pour la faune non aquatique. Mais un hélicoptère fera bien plus de bruit... et n'aura pas les mêmes aptitudes. Ce sont des engins complémentaires.


En situation post tsunami, les aéroglisseurs peuvent être  utilisés dans divers domaines :


- transport d'équipes de sauvetage, médicales, spécialisées, etc
- transport de victimes vers les centres de regroupement,
- transport des populations saines vers des zones sécurisées,
- transport - fret (fret urgent ou sensible),
- secours et sauvetage (aéroports en zone humide, inondations, vasières, glace, grands travaux, assistance aux populations, ...),

Ils furent utilisés à plusieurs reprises ces dernieres années
Exemple 1
Etude (Pr Kyuzo Kubo - Japon)    
(version texte disponible sur demande)
 

UNE  PREUVE   ? !

tsunami aéroglisseur
Crédit Photo Yomiuri Shimbun Kenji Shimizu


Comme tout autre appareil, un aéroglisseur présente des limites.
Pour tout projet, nous vous suggérons une analyse préalable afin de vérifier la pertinence et le type d'appareil susceptible de convenir.

* * * * * * *

(c) copyright 2011  - AEROGLISSEURS SERVICES SARL  - Bellevue - 36180   Selles Sur Nahon - 06 23 08 11 65
  - services(à)aeroglisseur.org     RCS Châteauroux  489 533 257 

* * * * * * *